Portrait d’une start-up : Hubworkair, le chasseur de tête spécialisé dans l’aéronautique

Image retirée.« On s’est basé sur le système des sites de rencontres » lance avec assurance Yoann Huang. Co-Fondateur de « Hubworkair », cet ancien consultant aéronautique a lancé sa boite depuis maintenant quelques années. Un risque murement réfléchit. « Avec un collègue, Romain ???, on s’est rendu compte qu’une même problématique était présente dans le secteur de l’aéronautique. Qu’importe le pays, le secteur manquait cruellement de compétences. » De ce fait, une idée germe dans la tête de notre jeune consultant : Faciliter la recherche d’emploi. Que ça soit pour les demandeurs et les entreprises. Fin 2015, il décide d’en parler à Romain. Quelques mois plus tard, en Mars 2016, « Hubworkair » décolle pour la toute première fois. « On était très excité de se lancer là-dedans. On n’avait pas peur, l’envie et la conviction de créer a pris le dessus » se remémore facilement Yoann. Conscient de la chance qu’offre la France avec l’assurance de toucher 2 ans de chômage, compliqué de résister. Encore plus quand on est sûr de son idée explique le co-fondateur. « Le secteur de l’aéronautique était en pleine expansion. Les écoles et formations n’arrivaient pas à suivre. On était la passerelle parfaite. » Malheureusement, la covid-19 coupe net l’élan pris par nos deux jeunes entrepreneurs.

Image retirée.

La capacité d’adaptation comme meilleur atout

Il est clair que l’aéronautique a pris un sacré coup avec la pandémie mondiale. Des chiffres de fréquentation en chute libre qui ont entrainé beaucoup de licenciement. « On a encore la force pour répondre aux besoins mais on a dû se séparer de quelques éléments cet été… » avoue Yoann Huang. Ne se laissant pas abattre, les deux amis ont alors une idée : utiliser leur algorithme pour aider les néo-chômeurs du secteur de l’aéronautique à se « reclasser ». « La montée du digital et l’utilisation de notre algorithme sont des outils indispensables pour trouver une reconversion. » argumente l’ancien consultant. Nommé « aria », l’algorithme regroupe plus de 1000 compétences qui permettent aux entreprises, mais aussi aux demandeurs d’emplois, de gagner un temps considérable et éviter les mauvaises surprises. Rassurez-vous, impossible de duper « aria », une vérification humaine à base de recommandations est effectuée. Lancé depuis 3 semaines, le projet de reclassement complète le système de « chasseur de tête ».  Une façon d’agrandir le panel de l’entreprise ainsi que l’aide fournie au secteur de l’aéronautique.

 

Image retirée.

« Le maillage territoriale et nationale du village by CA est exceptionnel »

En collaboration avec le « Village by CA » depuis septembre dernier, « Hubworkair » a pu bénéficier d’un point de vue extérieur à la start-up. Une aubaine selon Yoann. « C’est compliqué de prendre du recul quand tu as la tête dans le guidon. Grace à l’accessibilité de l’équipe, on a facilement pu parler d’un nouveau plan stratégique. » Sans s’arrêter, Yoann reprend. « Le maillage territoriale et nationale du village by CA est exceptionnel. Le timing du partenariat était parfait car c’est à la même époque qu’on a commencé à structurer notre projet de reclassement. » Une aide précieuse pour l’équipe d’« Hubworkair », ou plutôt « la famille Hubworkair » comme le notifie Yoann avec un sourire s’entendant à l’autre bout du fil. Témoin de la fierté qu’il a d’avoir une start-up comme il l’entend. « Il n’y a rien de plus gratifiant que de créer quelques choses de ses propres mains et d’aider les gens de mon propre secteur à trouver de l’emploi. Et tout ça, en bossant avec des collègues devenus rapidement des amis… »

Crédit Photo : Yoann Huang, Hubworkair

Lien de l'article : https://grassemat.info/actualite/2021-02-01/portrait-dune-start-up-hubworkair-le-chasseur-de-tete-specialise-dans-laeronautique