Interview Human of le Village by CA PCA : Lionel Hun, fondateur de Creative Motion

Creative motion est une jeune startup fondée par Lionel Hun, et accompagnée par Le Village By Credit Agricole Provence Côte d’Azur.

Composée d’une équipe de créatifs, artistes, développeurs et designers passionnés d’Art, de Design et de Technologie, cette jeune entreprise propose une solution rendant des expériences uniques et mémorables qui suscitent de l’émotion. Cela permet notamment aux entreprises de tisser des liens forts avec leurs salariés ou leurs clients en mettant l’émotion et l’humain au centre de l’expérience. Un véritable pont entre Art et Technologie.

Une interview à retrouver ici au format podcast !

 

On peut dire que tu as un parcours assez atypique pour un entrepreneur, peux-tu nous en parler ? Qu’est-ce qui t’a poussé à créer Creative Motion ?

“J’ai actuellement 38 ans et derrière moi, j’ai une carrière de danseur professionnel. J’ai dansé dans diverses compagnies comme le cirque du Soleil. En France, avec le ballet national de Marseille, et en Belgique, avec l’ancien ballet royal de Wallonie. J’ai eu la chance d’être sur scène et de parcourir le monde pendant une quinzaine d’années.

Ma carrière a débuté lors de ma venue à Cannes, lorsque j’étais encore en formation au conservatoire de danse d’Avignon. J’avais assisté à une première mondiale du spectacle “Body Work Leisure. Ce spectacle mêlait : danse, architecture et multi-médias. C’était une scénographie d’un nouveau genre. Le spectacle était sous la direction de Frédéric Flammand. Quand j’ai vu ce spectacle, j’ai tout de suite su que c’était ce que je voulais faire !

 

 

Ensuite, après avoir vu un spectacle du cirque du Soleil à Las Vegas, j’ai souhaité me diriger vers de plus gros Shows et intégrer cette compagnie. Le spectacle était réalisé avec des technologies et des danses aériennes. Ça m’a ouvert l’esprit sur de nouvelles disciplines. J’ai candidaté et j’ai été pris. On a fait des productions à Montréal et ensuite, je suis allé vivre à Macao plusieurs années.

 

 

Après ça, je suis resté en Asie puisque je souhaitais en apprendre plus sur moi et sur mes origines. J’ai commencé à chorégraphier différents événements avec une entreprise anglaise. Après avoir fait le tour de plusieurs pays d’Asie, je suis rentré en France et j’ai voulu créer ma propre compagnie.

J’ai donc créé la Compagnie Hybride en 2010, ça m’a permis de passer de danseur à chorégraphe et directeur artistique. Grâce au réseau que j’ai pu développé, j’ai été contacté pour organiser des spectacles pour des grandes marques, notamment en Asie et au Quatar.

Avec la compagnie Hybride, on crée des spectacles mêlant la danse, les arts martiaux, le cirque, mais aussi les nouvelles technologies : drones, vidéo mapping… On crée de l’interactivité entre les mouvements du corps et l’image.

J’ai ce parcours-là de danseur et de chorégraphe. Avec Creative Motion, l’idée, c’est d’aller un peu plus loin en souhaitant impliquer le public pour lui faire vivre des émotions. Avec Creative Motion, on souhaite que le public soit au centre de l’expérience, qu’il soit complètement acteur de celle-ci grâce à l’interaction.”

 

On se rend compte que c’est quelque chose qui émerge de plus en plus dans l’univers des marques, de faire vivre des expériences aux consommateurs. Concrètement, quelles solutions te permettent de créer cette interactivité, de faire vivre cette expérience ?

“Pour créer nos spectacles, nous réalisons une écriture avec les différents intervenants (compositeurs, motion designer…). Ça nous permettait de savoir, à la seconde près, ce qui allait se passer sur le plateau, quelle histoire on devait raconter, quel message on devait faire passer à l’audience, etc. Quelque part, c’est créatif parce qu’on a des contraintes techniques, et qu’on doit respecter une thématique. Mais il fallait toujours chorégraphier des choses qui se passent à un instant T et à un endroit T.

Je voulais développer l’interactivité en temps réel, et que ça ne soit pas figé. C’est-à-dire, donner plus de liberté aux performeurs, et laisser plus de place à l’interprétation et à l’émotion. Le but est donc d’avoir un outil qui permet de s’exprimer avec plus d’aisance et de liberté.

Contrairement aux spectacles sur-mesure qu’on créait pour les grandes entreprises, avec Creative Motion, l’idée est de rendre plus accessibles les expériences immersives et interactives. Ça permet aux entreprises d’avoir accès à ce type de spectacle pour qu’elles puissent communiquer de façon innovante avec leurs communautés”

 

Cette solution que tu appelles AUGMENTED EMOTIONS se décline en quelle gamme ? Peux-tu nous parler de cette solution ?

“Il faut imaginer un parcours expérientiel. C’est-à-dire qu’on propose différentes solutions qui vont venir amplifier et enrichir l’expérience vécue par le visiteur tout au long d’un événement.

Par exemple, dès l’entrée d’un bâtiment, on peut capter le corps du visiteur et le démultiplier sur la façade. On peut avoir une œuvre digitale à l’accueil d’un hôtel avec laquelle le visiteur peut interagir. On permet aux visiteurs de ne plus être de simples spectateurs, mais d’agir et de devenir acteur de l’événement.”

 

Tu proposes aussi une solution de dîners expérientiels, peux-tu nous en dire plus ?

“Pour rejoindre une salle de réception, le visiteur peut traverser un couloir immersif. Puis l’expérience se prolonge lors du dîner avec des projections interactives sur les tables qui sont en lien avec le repas servi et la thématique de l’événement.

On a écrit un show avec des comédiens où on a un service théâtralisé avec une vraie narration pendant le repas. On présente aussi une autre version où en plus des projections interactives sur les tables, on propose des shows de danse digitale en inter-plat.”

 

C’est une superbe expérience pour rendre un moment inoubliable dans l’esprit de l’utilisateur. Mais il y a aussi des bénéfices pour le lieu, le restaurateur, le musée, etc. Auquel tu apportes tes solutions.

“Creative Motion peut être un outil d’attraction, de communication et de différentiation. Le but est de créer un lien entre le visiteur et le lieu, ou entre des clients et une marque. Notre solution permet de donner la main au client final sur le déroulé de son spectacle souhaité, pour qu’il puisseêtre autonome, piloter et customiser l’expérience qu’il veut faire vivre à son audience.

Souvent dans l’événementiel, on fait du “one shot”. Notre idée était de pouvoir pérenniser l’installation et rentabiliser le travail déjà réalisé.

On n’est pas obligé de faire du one shot pour rendre une expérience mémorable. Si on prend l’exemple du restaurateur, des clients peuvent faire une première fois l’expérience du dîner expérientiel et vouloir revenir un autre soir pour partager ce moment avec d’autres personnes, etc.

Le but est donc de pouvoir exploiter le processus créatif à la manière d’une pièce de théâtre où les acteurs jouent la même pièce dans différentes villes. On pourra exploiter les processus créatifs plusieurs fois et les dupliquer selon les besoins.”

 

Quel est ton business model ? Comment gagnes-tu de l’argent grâce à ta solution ?

 

“On est encore en réflexion sur ce point-là et c’est une des raisons pour lesquelles on a décidé d’intégrer le Village by Crédit Agricole PCA. Au Village by CA PCA, on souhaite trouver un modèle économique parce que ce n’est pas notre domaine.

On gagne notre vie en tant qu’artistes, danseurs, chorégraphes, etc. On propose des ateliers danses, technologies et interactions mêlant plusieurs disciplines, pour les enfants.

Je dirai que 80 % de nos revenus, ce sont des réponses à des commandes. Et sinon on crée des pièces et on les joue dans les théâtres.”

 

Il y a quelques mois en arrière, Creative Motion intégrait le Village by CA Provence Côte d’Azur. Pourquoi avez-vous pris la décision d’intégrer un accélérateur de startups ? Et avec du recul, qu’est-ce que cela vous a apporté ?

“J’adore ce lieu et l’accompagnement proposé. Si j’avais su plus tôt que cela existait, je serais venu avant. En tant qu’auto-entrepreneur tu te sens seul à porter une montagne sur le dos.

Je ne viens pas du tout du monde des startups, j’ai commencé à m’y intéresser par rapport à l’innovation technologique que nous développons avec Creative Motion. Et en recherchant “incubateur/accélérateur” et j’ai trouvé le Village. J’ai décidé de venir sur place parce que j’avais besoin de voir le lieu, de voir ce qu’il s’y passait et les personnes présentes au Village.

J’ai eu un super accueil de Marie et Jean-François qui ont pris le temps de m’écouter parler de mon projet alors que je venais à l’improviste. Ensuite, j’ai envoyé mon dossier et j’ai passé le comité de sélection. Je suis satisfait d’être accompagné par le Village, dès qu’on a une question l’équipe est présente pour y répondre et nous épauler dans notre développement.

Au-delà de l’équipe, je me suis senti à l’aise dans le lieu en lui même. Il est au milieu d’une pinède et ça me rappelle le bâtiment du ballet national de Marseille.”

 

Comment-tu te vois dans un an ? Comment imagines-tu l’avenir de Creative Motion ?

“On ne peut pas encore oublier la Covid et c’est un peu frustrant. Mais l’ambition avec Creative Motion c’est d’abord de trouver notre modèle économique et de bien cibler à qui on doit s’adresser.

Ensuite, ça sera de pouvoir déployer nos solutions au maximum en France et à l’étranger. On aimerait pouvoir embaucher plusieurs personnes notamment un Business Developer et quelqu’un pour le marketing. Actuellement, on travaille avec des freelances : des intermittents du spectacle, des techniciens, etc. On est aussi en train de réfléchir à embaucher un développeur en interne puisque nous proposons une solution technologique.

L’idée serait d’avoir une équipe à temps plein ici dans la région, et non plus seulement des freelances.”

 

Vous souhaitez écouter le podcast ? C’est par ici !

Le site web de CREATIVE MOTION pour en savoir plus.