Interview human of le Village by CA PCA : Frédéric Faucouneau, fondateur de Karroad

Karroad est une jeune entreprise accompagnée par le Village by Credit Agricole PCA, qui utilise la reconnaissance et le traitement d’images par ordinateur permettant d’aider une collectivité ou une copropriété à lutter contre les incivilités.

Karroad propose des solutions toutes prêtes (détecteur d’encombrants, de petites incivilités, de temps de stationnement) permettant de régler les problèmes récurrents et chronophages d’une cité ou d’une copropriété, et d’améliorer le bien-être de ses habitants et usagers.

Ecoutez le podcast avec Frédéric Faucouneau en intégralité sur Anchor — Spotify :https://anchor.fm/levillagebyca-pca/episodes/Interview-Human-of-le-Village-by-CA-PCA--Frdric-FAUCOUNEAU--fondateur-de-KARROAD-e183r03

Quelle est la proposition de valeur de Karroad ?

“Karroad est une solution d’analyse et de détection de dépôts sauvages. C’est un système qui aide les collectivités territoriales à gérer leurs territoires, que ce soit des villes, des ports ou des copropriétés.”

Comment t’es venue l’idée de fonder Karroad ?

“J’ai travaillé 15ans dans les infrastructures de génie civil et j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup d’élus de collectivités territoriales qui évoquaient régulièrement les mêmes problèmes non résolus.

C’est cette envie de résoudre des problèmes, d’aider les clients, qui m’a fait basculer vers l’entrepreneuriat. Je m’éclate à essayer d’aider le client à améliorer sa situation et à l’aider à résoudre des process complexes et douloureux.”

Au cours de ces deu années, quels sont les principales difficultés que tu as rencontrée ?

“J’ai rencontré deux principales difficultés qui sont la solitude et la gestion des tâches. En tant qu’entrepreneur, on se retrouve très vite tout seul face à des problèmes compliqués. Tu te retrouves également à gérer beaucoup de tâches qu’il faut prioriser. La principale ressource d’un entrepreneur, c’est son temps, même pas son argent puisque l’on est lourdement accompagnés en France dans l’innovation.”

Comment fonctionne la solution Karroad ?

“On utilise des solutions brevetées qui permettent de détecter des dépôts sauvages dans la rue et en avertir à tout moment.
Les dépôts sauvages impliquent l’investissement de moyens financiers importants. Notre action permet aux collectivités publiques et privées de mieux gérer le manque de civisme des gens et les montants déboursés pour ramasser les déchets.

Notre système fonctionne avec des appareils photo ou vidéo. Il y a deux systèmes : un mobile qui vient se greffer sur des caméras déjà existantes, et un qui fonctionne comme un radar automatique.”

“Le guide relatif à la lutte contre les abandons et dépôts illégaux de déchets publié en Décembre 2020 par le Ministère de la transition écologique illustre la volonté des pouvoirs publics à sensibiliser les collectivités. Mais qui est responsable de la gestion des déchets au niveau local finalement ?

“Au niveau local, ce sont principalement les communautés de communes qui prennent en charge les déchetteries. La loi 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire a totalement changé la donne. Les pouvoirs publics pénalisent de plus en plus les dépôts illégaux de déchets. Nous sommes dans une société où on n’accepte plus les déchets pas jetés ou pas triés. Je me fais injurier par mes enfants quand je ne le fais pas, ça démontre bien le changement de paradigme. L’idée est de traiter au mieux ces déchets qui coûtent cher et sont un danger pour notre santé et l’environnement.’

Une étude de Market Invest révèle que 63% des français interrogés ont été exposées à des déchets sauvages en zone urbaine, 61% en zone rurale, 52% sur les plages, 23% en mer en 21% en montagne. 69% ont vu quelqu’un jeter un déchet au sol dans la semaine, dont 31% hier !

“Le geste de jeter des déchets au sol est encore ancré dans les mœurs, comme les dépôts d’amiante ou de gravas notamment car les gens refusent d’aller en déchetterie.
Je suis en contact avec les mairies qui ne supportent d’engager et même de perdre des moyens. En effet, il est coûteux d’évacuer des déchets, qui ne sont, d’autre part, pas taxés car pas déposés en déchetterie.”

Dans quelle mesure la sensibilisation et la communication sont-elles importantes ?

“Pendant des années, les pouvoirs publics ont mis en place de la sensibilisation pure par rapport à la vitesse et aux accidents de la route. Mais les conducteurs n’ont réduit leur vitesse que lorsque des radars automatiques ont été installés. Seulement là on a pu passer de 9000 à 3000 accidents de la route. Le système que Karroad propose est similaire.

Les communes équipées de notre dispositif de répression constatent une baisse systématique de dépôts de déchets à condition qu’ils communiquent autour de ce système, mettent des amendes, et prennent des actions de sensibilisation. Le retour sur investissement est net et clair.”

Est-ce il y a risque d’intrusion, de limite de la liberté avec des dispositifs vidéos comme le tien ?

“Il y a toujours un risque mais la CNIL est très à cheval là-dessus, le RGPD s’applique. De plus, les images sont simplement analysées en temps réel et pas conservées. Filmer dans un espace public est soumis à des règles draconiennes qu’il faut connaître et appliquer. Nous travaillons dans le cadre de la loi.”

Tu interviens sur les ports, y a-t-il une vraie considération du besoin de couvrir les risques d’incivilités, de sécurité et de gestion de facturation ?

“Nous travaillons avec les ports de plaisance et les ports marchants pour les aider à exploiter au mieux leur espace, à gérer le flux de bateaux et à limiter les incivilités en utilisant plusieurs outils. Ces idées nous sont venues à la demande d’exploitant de ports qui ne trouvaient pas de solutions à ces problèmes.”

Quel est le business model de Karroad ?

“On fournit des abonnements en fonction de la taille de la ville (on a des clients allant de 340 habitants à plus de 100 000). Pour les ports, le tarif est défini en fonction du nombre d’anneaux.”

Où te projettes-tu dans 1 à 2ans ?

“On aura amplifié notre marché, on est déjà actuellement en contact avec des acteurs Européens, on veut développer la société. On cherche également à apporter le meilleur service possible au client.”

Ca fait maintenant 8 mois que tu es rentré au Village by CA PCA, qu’est-ce que ça t’a apporté ?

“Principalement un réseau et une montée en compétences extrême. Quand on monte une société, on s’imagine qu’on a des clients et ça démarre. En réalité, c’est plus complexe : même si on a le meilleur produit du monde, une technique géniale, si on ne sait pas où aller ou comment répondre à un problème, ça ne sert pas à grand-chose. J’ai acquis des compétences auxquelles je n’aurais pas eu accès sans le Village. Si j’ai besoin de contact, je sais que je peux utiliser le réseau du Village, vous avez réponse à tout.”

Vous pouvez suivre l’actualité de Karroad sur le site web https://karroad.com/.

Ecoutez le podcast avec Frédéric Faucouneau en intégralité sur Anchor — Spotify :https://anchor.fm/levillagebyca-pca/episodes/Interview-Human-of-le-Village-by-CA-PCA--Frdric-FAUCOUNEAU--fondateur-de-KARROAD-e183r03