HUBWORKAIR, est une startup fondée en 2015 par Yohann Huang et Romain Rochet, cette entreprise, spécialiste du reclassement dans le secteur aéronautique, est accompagnée par Le Village By Credit Agricole Provence Côte d’Azur.

Cette jeune entreprise accompagne les entreprises du secteur aéronautique dans leur plan de sauvegarde pour l’emploi (PSE) et les cabinets de reclassement avec une proposition affinée. L’équipe a mis au point pour cela leur propre intelligence artificielle, “Aria”, et a retravaillé leur algorithme de matching pour le recrutement afin de l’adapter à un nouvel objectif, suite à l’impact de la crise sanitaire du Covid-19 sur le secteur : orienter les profils aéronautiques vers d’autres secteurs où des compétences similaires sont nécessaires.

Une interview à retrouver en format podcast ici !

Peux-tu nous parler de ton parcours ? Pourquoi avoir co-fondé Hubworkair ?

“Hubworkair à la base, c’est une histoire de voyages. Consultants pour le secteur de l’aéronautique, Romain et moi avons eu la chance de voyager un peu partout dans le monde dans le cadre de nos fonctions. Nous avons constaté que d’un côté, les talents avaient du mal à trouver le job ou l’entreprise de leur rêve, et de l’autre, les entreprises avaient de grosses difficultés à trouver des candidats qui correspondent à leurs besoins et attentes.

Donc nous nous sommes demandés quels outils étaient disponibles sur le marché et pouvaient aider à répondre à cette problématique. Après recherche, il s’est révélé qu’il y avait très peu d’outils spécialisés et aucun répondant véritablement au besoins du secteur de l’aéronautique. Il nous a paru urgent de créer Hubworkair.

C’est en 2015, qu’on a décidé avec Romain de quitter notre employeur pour se lancer dans l’aventure et créer Hubworkair. On a créé la start-up, il y a maintenant un peu plus de 5 ans. Et aujourd’hui, nous sommes une équipe de 6 personnes.

La vision de Hubworkair, c’est de proposer un outil digital qui permet d’aider les talents du secteur de l’aéronautique à trouver le job de leur rêve. Cet outil leur permet également d’effectuer une reconversion professionnelle pour aller vers un autre secteur.

La crise sanitaire a bousculé le secteur et l’a mis en difficulté. Vous avez donc décidé de faire prendre un virage à Hubworkair durant cette période ?

“Effectivement, en mars 2020, arrive la crise sanitaire, ce qui implique un changement profond dans le secteur de l’aéronautique. Malheureusement, beaucoup de talents ont été impactés par des licenciements.

Et c’est à ce moment-là que nous avons réfléchi avec l’ensemble de nos investisseurs à une stratégie nous permettant d’aider le secteur et notamment les employés qui perdaient leur emploi. Il était urgent d’aider ces personnes qui étaient et sont encore dans une grande détresse. Même si beaucoup d’experts essayent de prévoir un retour à la “vie normale”, la réalité est complexe, et l’urgence est là.

Les entreprises du secteur ont dû se séparer de certains de leurs talents. Les directeurs d’entreprise se demandent comment reclasser ces talents. Ils se demandent également comment ils vont retrouver leurs talents une fois la crise atténuée ? Comment les faire revenir dans le secteur de l’aéronautique sans qu’ils aient perdu leurs compétences initiales ?

En France, nous avons la chance d’avoir parmi les meilleures compétences du monde au sein du secteur de l’aéronautique. Il ne faut pas que la pandémie entraîne une dégradation du niveau de ces compétences. C’est pourquoi notre algorithme de matching chez Hubworkair, permet en très peu de temps de faire un bilan de compétences du salarié. C’est notre spécificité, on a plus de 1200 compétences pour définir le talent.”

 

On n’imagine pas qu’il y a une telle diversité de métiers et de compétences dans l’aéronautique et c’est aussi important de le rappeler.

“Oui, exactement. C’est le fruit de plus de 5 ans de R&D pour arriver à définir l’ensemble des métiers et des compétences. Et c’est grâce à toutes ces compétences qu’on va pouvoir proposer une liste de métiers transverses avec un pourcentage de matching selon le profil du talent.

En plus de proposer cette liste de métiers transverses, on propose de véritables offres d’emploi. Le profil peut voir en live sur l’application toutes les offres disponibles avec le lieu d’activité et le nombre de candidats postulant à cette offre. On va dans le concret.”

 

Depuis que vous avez mis en place cette solution, est ce que tu as un bilan des mois écoulés pour savoir si le reclassement fonctionne ?

“On a sorti ce service-là en décembre 2020. On est au début de sa mise sur le marché. Maintenant, il est urgent de faire connaître cet outil pour aider le personnel qui, malheureusement, a été licencié.”

 

Si on revient sur l’équipe de Hubworkair, peux-tu nous la présenter ? Quels sont les profils présents ?

“Romain s’occupe de la partie IT, il gère les développeurs. Son équipe est composée de 4 développeurs Front & Back.

Et de mon côté, je m’occupe plus de la partie commerciale, recrutement et chasseur de tête. Et également du marketing.”

 

Et aujourd’hui, quel est votre business model ?

“Le business model est très clair depuis le début, même avant la crise actuelle. Dès le départ, notre idée était d’aider les candidats sans les faire payer. Ce sont les entreprises qui nous payent dans le cadre de PSE ou dans d’autres cadres s’ils ont un besoin particulier.

On est un format de type SAS, c’est-à-dire qu’on a un prix à la licence. Et ce coût dépend de la volumétrie.”

Il y a quelques mois en arrière, Hubworkair intégrait le Village by CA Provence Côte d’Azur. Pourquoi avez-vous pris la décision d’intégrer un accélérateur de startups ? Et avec du recul, qu’est-ce que cela vous a apporté ?

“Avec Romain, on reste très humble face à l’entrepreneuriat. Quand on est à la tête de sa startup on a vraiment la tête dans le guidon. Souvent, l’erreur que l’on peut faire, c’est de rester tête baissée et de ne plus prendre le recul nécessaire. Le Village by CA PCA nous permet de nous poser les bonnes questions. Ce qui est intéressant avec cet accompagnement, c’est de prendre conscience rapidement de ce qu’il nous faut changer.

 

Le deuxième point qu’apporte le Village by CA qui est important pour moi, c’est ce maillage territorial. Quand on cherche à se déployer sur le territoire, ce réseau de Villages est réellement facilitateur. Aussi, je dirai que le Village nous apporte de la visibilité grâce aux réseaux sociaux, aux différentes Interviews et autres…”

 

Si on te demande de te projeter dans un an, qu’elle va être la suite pour Hubworkair ?

“La projection est simple. On souhaite continuer à aider ces salariés de l’aéronautique et rester focus là-dessus.

Avec Romain, on a un esprit très familial avec notre équipe. Actuellement, on représente une équipe de moins de 10 personnes. L’idée va être de se développer et pour ça, nous aurons besoin de recruter en 2021 ou 2022. On souhaite se développer, tout en gardant cet esprit de convivialité, ce contact qui nous unit, et tout en laissant une certaine liberté et une certaine agilité.”

Vous souhaitez écouter le podcast ? C’est par ici !

Le site web de HUBWORKAIR pour en savoir plus.